Zone euro : les indicateurs d'activité toujours contrastés

Publié le par Apprendrelabourse.org


L'indice des directeurs d'achat (PMI) pour l'Euroland a continué à progresser en juin à 44,4, selon les données préliminaires, après 44 en mai mais sous les attentes du marché et  avec un chiffre inférieur à 50 qui signifie que l'activité est toujours entrain de se contracter, à un moindre rythme certes mais toujours en baisse.

→ Par ailleurs, cet indicateur dit 'composite' qui regroupe à la fois les données du secteur manufacturier et des services cache une différence d'évolution entre ces 2 secteurs :

   . le secteur manufacturier progresse de 40,7 à 42,4 au plus haut depuis 9 mois
   . mais les services se replient de 44,8 à 44,5, soit 1 point sous les anticipations.

L'indice composite français est dans la même situation avec une hausse d'ensemble à 47,7 contre 46,6 mais les services se dégradent de 48,3 à 47,5 au contraire du secteur manufacturier qui se rétablit un peu plus à 45,5 contre 43,3.

En Allemagne, l'indice composite a reculé de 44 à 43,4, l'amélioration dans l'industrie (40,5 contre 39,6) étant largement contrebalancée par la baisse du secteur des services (44,3 après 45,2 en mai et 46 attendus, les commandes sont pourtant bien orientées)




** Aux USA, les ventes de logements dans l'ancien pour le mois dernier ont progressé de 2,4 % sur un mois mais sous les attentes. En rythme annuel on observe toujours un replis de - 3,6 %.

Les stocks se résorbent un peu à 9,6 mois de ventes contre 10,1. Les prix évoluent aussi un peu plus favorablement à  173 000 $ pour le prix médian contre 166 600 $ précédemment.

Ces chiffres restent néanmoins en-deçà de ceux de 2008 avec une baisse de - 16,8 % sur un an (et de - 30,6 % dans l'Ouest, une région qui ne participe pas à l'amélioration en volumes de ce mois avec une nouvelle  baisse de - 0,9 % ni à la hausse temporaire du prix médian des logements anciens qui tombe pour la première fois sous les 200 000 $, à comparer avec les 342 700 $ atteints en 2006)


Demain, ce sera au tour des ventes de logements dans le neuf toujours pour mai ainsi que les commandes de biens durables. Les opérateurs sont par ailleurs dans l'attente du communiqué de politique monétaire qui sera délivré par la Fed à 20 heures à l'issue d'une réunion de 2 jours qui a démarré tout à l'heure.

Le CAC finit mitigé en baisse de - 0,21 % à 3 116,82 points comme le Dow Jones qui cède - 0,20 % à 8 322,30.


La question des déficits publics :

* Le Trésor américain met aux enchères de nouveau cette semaine des montants importants d'obligations nécessaires au financement du déficit public. La petite baisse d'appétit observée hier sur une échéance à 3 mois ne s'est pas renouvelée aujourd'hui sur une maturité à 2 ans et un montant très conséquent de 40 milliards $. Le taux de couverture (bid/cover ratio) atteint même un record en 2 ans.



* En France, le président de la Cour des Comptes a fait une présentation des comptes publics de la nation devant la Commission des Finances de l'Assemblée Nationale. Ce dernier observe "une dégradation sans précédent" avec un déficit public attendu à - 7% du PIB et une dette au-delà des 3/4 du PIB français pour cette année. 4 risques ont été évoqués face à l'approche d'une "zone dangereuse" :

- le risque "que la dégradation des finances publiques nourrissent l'inquiétude"
- "l'appauvrissement de l'Etat" (avec son corrolaire, la baisse des prestations et services)
- l'emballement de la dette : avec "un phénomène d'auto-alimentation (..) sous son propre poids" (charge d'intérêts)
- in fine, le risque concernant "la crédibilité de la signature de la France"

L'atteinte du cap des 100 % d'endettement par rapport au PIB est néanmoins attendue assez tardivement par rapport à certains pays, en 2018 selon ses prévisions (rappel : dernières prévisions du FMI)

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article