Quelle est la profondeur et la surface de la crise du crédit immobilier américain ?

Publié le par Gilles Caye

Vous  êtes habitués à voir ici sur ce site, la carte des USA en rouge/rosé avec le nombre de saisies immobilières suivant les régions et les  Etats. Alors que plusieurs études se disputent l'évaluation de la crise à venir, des répercussions éventuelles et autres effets de contagion possibles et imaginables, je vous propose aujourd'hui une autre carte réalisée par le Wall Street Journal qui a la particularité de montrer simplement là où les prêts à hauts risques (subprimes loans) ont été faits et dans quelles proportions. En cliquant sur la carte vous aurez accès à un tableau par zones métropolitaines avec la proportion de crédits hypothécaires fait sous forme de prêts à hauts risques, ce à fin décembre 2006, le taux de défauts de paiement à la même date, le taux de défaut de paiement à décembre 2005 et le taux de variation entre les 2 dates.
La région de Sacramento, Californie, qui compte parmi les 10 plus riches zones aux USA a ainsi vu son taux de défaut de paiement multiplié par plus de 4 entre fin 2005 et fin 2006.
Cette carte montre de manière générale l'importance de ce type de prêt et que réduire son incidence aux seuls zones défavorisées peuplées d'immigrants fraîchement arrivés notamment hispaniques est une analyse qui pourrait mener à des conclusions aussi hâtives qu'érronées et donc dangereuses.

Il y a 2 week-end en arrière j'avais réalisé 2 articles assez longs pour illustrer certains mécanismes purement financiers comme la titrisation et les effets de levier qui sont les relais essentiels d'une transmission potentielle des problèmes US à l'ensemble du monde financier.

Aujourd'hui, considérons seulement 2 implications, l'une purement technique, l'autre psycholoigque liées à ce type de prêts :
- techniquement sont attachées le plus souvent des clauses de révisions de taux dans le temps (ARM : adjustable rate mortgage - exemple : 2 ans à 6 % puis 8,10, 12 % pour les annuités suivantes), des franchises de remboursement en capital et en intérêts (remboursement de la part en capital au bout de 24 mois - les intérêts du capital non remboursé durant cette franchise étant parfois eux aussi repoussé à plus tard...) qui s'achèvent et qui peuvent faire augmenter les taux de défauts sans qu'aucun ménage ne perde un emploi ou du fait d'une raison liée à un incident de la vie (maladie, divorce...) 2007 est ainsi susceptible de voir apparaître des défauts de paiement liés aux conditions mêmes des contrats de prêts sans commune mesure avec les impasses de type classiques dans ce genre de situation.
- psychologiquement, le mouvement d'importance pris par les saisies immobilières et le nombre de maisons saisies au sein même des stocks à vendre est une donnée majeure faisant peser un poids supérieur par rapport aux crises immobilières passées sur la valorisation des habitations. 2007 est susceptible d'être à un moment donné la première année depuis 1929 durant laquelle l'évolution du prix des maisons sur une base annuelle et nationale risque d'être négative. La direction est là pour l'heure.

Voici donc la carte de l'afflux d'argent facile de ces dernières années, voici la carte de flux désormais largement taris, celle des problèmes actuels rongeant jour après jour et dont les conditions techniques n'ont pas encore forcément donnée l'ampleur exacte du problème actuel ni même la pleine mesure des dégâts sur la donnée économique majeure de ces derniers années : le prix des habitations qui ont servi de distributeurs de cash aux USA pendant de longues années. Je vous invite à rester très concentré sur cet incendie, à ne pas vous laisser emmener par une quelconque panique (sur la base d'hypothétiques crépitements de départs de feux à droite ou à gauche) ni par une quelconque méthode Coué euphorisante qui se baserait sur des flammes visuellement contenues. La combustion continue, la fumée gagne et il y a là entreposé sur une large surface du pays de quoi faire  d'éventuelles nouvelles flambées.
 

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article