L'accoutumance des marchés

Publié le par Michel Delobel

- (Michel Delobel - ACGest ) - Mais que faut-il pour faire baisser les marchés ? Au regard du comportement des bourses mondiales depuis 2003, on est en droit de se le demander...

Lors des attentats du 11 septembre 2001, le plongeon avait été impressionnant, et la déprime avait duré plusieurs mois. Lors des attentats de Madrid, le repli n'a duré que quelques semaines, et a été d'une moindre ampleur. Et lors de ceux de Londres, le repli n'a même pas duré une séance!

Alors certes, vous pourriez très bien me rétorquer que les attentats de Madrid et Londres étaient moins « graves » et moins dévastateurs. Certes.

Mais prenons alors l'exemple plus récent de la chute de la bourse chinoise : lors du violent repli de fin février, l'impact a été une baisse de 8% du CAC40 sur une grosse semaine. Lors de la chute de la semaine dernière, l'impact n'aura même pas duré une séance. Et que dire de celle de ce matin ?

A la lumière de ces deux exemples (on pourrait en trouver d'autres, comme la hausse du pétrole ou la hausse de l'euro, etc...), on peut déjà en tirer une première conclusion : les marchés financiers apprennent du passé, et apprennent petit à petit à réagir face à un événement imprévu, au fur et à mesure que cet événement se reproduit et devient donc moins une surprise.

Car c'est bien là le point faible des marchés financiers, et qui nous donne notre seconde conclusion : ce que les marchés craignent avant tout, et ce qui est susceptible de faire vraiment baisser les marchés (en dehors bien sûr de toute dégradation des fondamentaux économiques et des résultats des sociétés), c'est l'incertitude et la surprise. Une situation nouvelle devant laquelle les investisseurs ne savent comme réagir, et qui suscite craintes et peur de l'avenir.

La baisse attendue par beaucoup sur les marchés ne viendra donc à priori pas d'une baisse de la bourse chinoise (sauf véritable krach), comme annoncé par Mr. Greenspan, et sans doute parce qu'annoncé par Mr. Greenspan, car les investisseurs ont intégré ce risque, au travers des récentes alertes et de cette déclaration. Cette baisse viendra donc sans doute d'un événement inattendu, et qui, par nature, n’aura pu être anticipé, ou une dégradation rapide de la visibilité sur l’économie et les résultats des sociétés, amenant craintes et incertitudes. Quel sera l’événement déclencheur ? A suivre… En attendant, la tendance haussière CT ne semble pas encore remise en cause, mais attention aux consensus... :-)

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article