USA : Plus forte chute trimestrielle des prix immobiliers depuis 2008

Publié le par Apprendrelabourse.org

Les indicateurs immobiliers américains se dévoilent les uns après les autres depuis 1 à 2 mois et délivrent pour les premiers mois de 2011, un message toujours similaire dans le sens d'une accentuation de la baisse.

Selon le site immobilier Zillow.com qui dispose d'une base de données de 100 millions d'habitations visité par 20 millions d'américains chaque mois sur lequel les ménages peuvent suivre l'évolution des prix de manière très fine, au code postal près voire à l'adresse près, les prix ont baissé de 1,1 % en mars selon le Zillow Home Value Index qui reprend les données des 132 principales zones urbaines.

Au cours du 1er trimestre 2011, le déclin s'est accéléré et atteint - 3 % soit la plus forte baisse trimestrielle depuis 2008 au plan national. La baisse du mois de mars 2011 constitue la 57ème baisse mensuelle consécutive depuis le pic de juin 2006 pour une chute cumulée qui atteint - 29,5%. En terme géographique, l'ensemble du territoire est touché puisque 97 % des 132 zones étudiées subissent une décrue des prix immobiliers relevés sur leur territoire.

Zillow-home-value-index.png

La baisse s'élève désormais à – 8,2 % en rythme annuel pour l'ensemble des USA, à – 5,3 % pour NY, - 7,6 % pour Los Angeles et – 13,8 % en ce qui concerne Chicago. Parmi les 12 plus grandes agglomérations (tableau ci-dessous) toutes déclinent de plus de 5%. Sur les 25 plus importantes, plus d'une sur 4 a vu ses prix divisés par plus de 2 en l'espace d'un peu moins de 5 ans.

Zillow n'entrevoit plus la réalisation d'un plancher courant 2011 et renvoie cette perspective à 2012 au plus tôt d'autant que le rythme des saisies immobilières s'accélère. Le pourcentage des habitations en situation de « negative equity » (la valeur de la maison est inférieure au capital restant dû sur le prêt immobilier ayant servi à son acquisition) grimpe à 28,4% un nouveau record après 27 % au 4ème trimestre 2010 (% calculé sur le nombre de maisons faisant l'objet d'un emprunt hypothécaire et non sur la totalité du parc immobilier)

Quelques zones commencent ainsi à présenter des situations comparables à celles rencontrées lors d'épisodes de dépressions déflationnistes purgeant les excès de dettes antérieurs et non plus seulement lors d'épisodes de récessions même prononcées.

Zillow metro area 1Q11
        √ Articles liés :

                    . USA : nouvelle pression baissières sur les prix immobiliers

                    . La rechute des prix immobiliers américains se confirme           

                    . USA - L'immobilier commercial bientôt au bout de ses peines ?

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article

laurent36 13/05/2011 18:43



Bonjour,


Merci pour cet excellente article et pour la qualité de votre blog.


J'ai bien respecté votre demande (désolé pour oubli initial).


Puis j'ai référencé votre blog sur mes sites préférés sur le blog :


http://immobilier-finance-gestion.over-blog.com/


 


Bien Cordialement,


 


Laurent


 


 



Gilles Caye 13/05/2011 21:54



 


Bonsoir,


 


Merci à vous.


Bonne continuation et bon week-end,


 


 



Milou 11/05/2011 13:39



Les pauvres gens qui l'ont peut être achetée à 2.5 M$  !!



Apprendrelabourse.org 11/05/2011 15:30



 






Milou 11/05/2011 08:40



Bonjour Gilles.


Et qui negative easing dit forclosure, puis misère. Phoenix va retrouver sa condition initiale de désert.


Bonne journée.


 



Apprendrelabourse.org 11/05/2011 12:48



 


Bonjour,


 


Voici l'exemple d'une maison à Paradise valley à Phoenix qui avait grosso modo la même valeur (quoique légèrement supérieure) que la moyenne constatée pour le code postal de cette zone
aux alentours de 700 000 $.


Au pic de la bulle, sa valeur était montée à 2 fois la valeur moyenne. De 2 500 000$, elle est retombée à 1 300 000/1 100 000 $ aujourd'hui...


 


http://www.zillow.com/homedetails/6147-E-Turquoise-Ave-Paradise-Valley-AZ-85253/7827969_zpid/#{scid=hdp-site-map-list-address}