Changement de saison à Wall Street : après les résultats, les consommateurs

Publié le par Gilles Caye

fotolia-d--cider-757896-copie-3.jpgLa saison des résultats est entrain de se terminer avec, selon Standard & Poor's,  93 % des résultats déjà publiés pour les 500 plus importantes sociétés cotées US (indice S&P500) lesquels ont accusé leur plus forte chute depuis le 4 ème trimestre 2001 qui avait vu les profits baisser de - 24,2 %. En l'état actuel, la baisse s'élève à - 8,48 % d'un trimestre à l'autre entre 2006 et 2007 :

Profits trimestriels par action du S&P 500 :

  1. 3T07 (données préliminaires) : 21,08 $
  2. 2T07 : 24,06 $
  3. 1T07 : 22,39 $
  4. 4T06 : 21,99 $
  5. 3T06 : 23,03 $
  6.  
  7. 4T05 : 20,19 $
  8. 4T04 : 17,95 $
  9. 4T03 : 14,88 $
  10. 4T02 : 11,94 $
  11. 4T01 : 9,94 $

Ceci positionne les résultats toujours sur des plus hauts historiques mais ils sont désormais inférieurs de plus de 3 % à ceux de la moyenne trimestrielle de l'an passé. En terme de montants cela représente 186 milliards $ de bénéfices contre 207,2 l'an passé à la même période. Sans les financières dont les profits plongent en l'état actuel de - 33 %, la hausse est de + 1,6 % sur un an et montre donc une certaine résistance. Les dividendes versés aux actionnaires progressent par ailleurs de + 13,3 % sur un an alors que les rachats d'actions à hauteur de 158 milliards de $ s'établissent toujours à de très hauts niveaux.
  1. --> En résumé donc et en attendant les chiffres définitifs, au 3 ème trimestre, les profits des plus grosses sociétés dont près de la moitié de l'activité est réalisée en dehors des USA  ont baissé mais la résistance des cours est à l'image des profits hors entreprises financières, les cours étant soutenus par des dividendes toujours importants et avec une manne de rachats d'actions toujours substantielle. Voilà pour les données fondamentales 'passées'.
  2.  
  3. Actuellement nous sommes donc un peu dans un "no man's land" entre les profits du 3 ème trimestre et ceux très attendus du 4 ème et de l'année 2007 dans sa totalité qui seront publiés début 2008. Par contre nous sommes au tout début de la grande saison des ventes au détail de fin d'année. Le consommateur US va donc être regardé sous toutes les coutures (celui-ci étant le plus important au monde et représente aux alentours de 20 % de la consommation mondiale, mais surtout il est un importateur très important pour le commerce mondial notamment de produits à valeur ajoutée et encore plus celui qui "donne" la tendance)
Le graphe ci-dessous vous montre à cet égard:

- la saisonnalité des ventes et la très grande importance des 6 semaines à venir (et notamment dès cette semaine avec le 22 novembre : thanksgiving) un pic de consommation étant chaque année enregistré de mi-novembre à fin décembre.
- la croissance sur l'horizon considéré a toujours été au rendez vous malgré les inquiétudes habituelles à l'approche de cette période mais on voit ici que la croissance des années 90 et la récession de 2001 ont affecté le rythme.
18.11.07-ter.gif
Avec des prix de l'immobilier en forte hausse depuis le tournant du siècle et la faculté de pouvoir s'endetter à hauteur de la valeur de sa maison, la sensibilité et l'effet richesse liés à l'immobilier sont devenus bien plus importants que ceux liés à la bourse relativement d'autant que cela touche un plus grand nombre de consommateurs. Les grandes réductions d'impôts sont par ailleurs du passé pour les américains.

S'ouvre devant nous ces prochains temps les séances pendant lesquelles les ressorts du consommateur US vont être scrutés avec la plus grande attention. Les ressorts du consommateur américain étant liés étroitement à ceux du crédit, cette donnée recouvre une importance encore accrue en cette fin 2007.

Pour faire suite à l'article d'hier
, le graphe présenté ici est en échelle linéaire. En cliquant sur le graphe vous aurez le même sous forme d'échelle logarithmique.

Publié dans INVESTIR EN BOURSE

Commenter cet article