Apprendre et comprendre la bourse en temps réel : les gap en tant que résistances ou supports (Partie 2)

Publié le par Gilles Caye

fotolia_se-former-90860-copie-1.jpgDans la première partie , nous avions vu  une configuration particulière avec des gap nombreux sur un horizon de temps  réduit qui montrait tout l'intérêt de scruter ces zones pour comprendre l'évolution des cours et pouvoir y inscrire ses propres décisions. Les notions de gap comblé et non comblé étaient par ailleurs mises en évidence.

Cette 2nd partie apporte en prolongement une vision et une validité sur un horizon, cette fois de plus long terme, toujours en prenant le CAC 40 en référence :

200108-copie-1.jpgerratum : lire 11.09.06 au lieu de  11.09.07

Inutile de paraphraser le graphique pour le passé, les choses tombent d'elles même. Pour les jours et semaines à venir, on voit qu'un gap infime (cours non traités entre 5015 et 5015,4) reste toujours non comblé et constitue une cible dans la configuration actuelle.

Nous avons vu que la plupart des gaps sont destinés tôt ou tard à être comblés...(en théorie car ce serait trop simple..) nous verrons en détail les différents types de gap dont quelques noms ont déjà été abordés dans l'article de dimanche dernier (1er graphe)  mais pour ce jour, restons centrés sur ce gap juste sous les cours de clôture de vendredi.

Avec le zoom effectué en bas sur la graphe, on voit qu'un mois après les cours sont revenus prendre appui sans combler complètement le gap. Ce type de gap dénote une volonté haussière nette, le marché considérant à cet instant que la simple approche ou le comblement en partie sont suffisants pour pouvoir repartir. Ce type de gap n'a pas d'appelation classique  largement usitée comme nous le verrons ou comme il existe des appelations du type 'double top, figure en tête-épaule... etc" mais il s'agit d'un type de gap à connaître. Pour en faciliter la mémorisation : intitulons ce gap, "gap d'empressement" (valable à la hausse comme à la baisse)

L'avantage de ce type de gap est qu'il montre quasiment dès l'origine qu'il s'agit d'un support ou d'une résistance pour les cours (ici on voit d'ailleurs que le 2nd chandelier après le 11.08.06 a été particulièrement haussier), ceci en renforçant théoriquement la qualité. Dans le cas présent, le chandelier du 11.09.07 est encore un signe de validation complémentaire de cet état.

Pour l'anecdote : dans le cas d'un comblement prochain, nous serons revenus à une performance "zéro" pour le CAC 40 (hors dividendes) depuis la création de ce blog bourse, le 11 août 2006.

Publié dans APPRENDRE LA BOURSE

Commenter cet article