CAC 40 : sous les 3 000 malgré la BCE

Publié le par Apprendrelabourse.org

Au chômage en hausse semaine dernière se sont rajoutés des premières publications de résultats peu engageantes suivi de ventes au détail en baisse, sans oublier les rumeurs bancaires qui refont surface et qui sont parties intégrantes du point 2, à savoir, les résultats des sociétés cotées.

Des - 23 % hier à la clôture pour le géant Citigroup qui perd encore vers 18 heures - 17 %,  l'actualité sur le secteur s'est déplacée un peu plus sur un autre très grand nom, Bank of America (BoA), prise dans un bain de sang à - 20 % avec l'atteinte de nouveaux plus bas qui menacent sa tendance née au cours du milieu des 70's (cf. Graphe ci-dessous)




*** Tout le monde replonge ici complètement dans l'ambiance des mois passés avec des rumeurs d'une  rare importance. Le rachat de la banque d'affaires Merrill Lynch aurait engendré des pertes conséquentes au 4 ème trimestre qui obligerait le gouvernement à intervenir dans BoA.

Avec un article du
Wall Street Journal sous les yeux et dont tout le monde parle qui indique que les pertes bancaires sur les prêts US pourraient atteindre désormais 2 000 milliards $, les volontés d'achat ont été réduites à très peu de choses. Cela remet également en perspective les 825 Mds $ du plan Obama (nouveau chiffre qui circule ce jour)
L'indice des bancaires 'BKX' réalise en séance d'ailleurs un nouveau plus bas à 31,89 contre 39,90 au plus haut comme évoqué lundi.

JP Morgan (qui a racheté Bear Stearns et Washington Mutual) arrive cependant  pratiquement à être une des seules valeurs à l'équilibre grâce à un résultat de + 0,7 milliards $ au 4 ème trimestre. C'est en baisse de - 76 % d'une année sur l'autre mais positif et après 4,1 Mds $ soustraits pour pertes diverses sur prêts. 2008 se solde par un bénéfice de 5,6 Mds $. Moody's vient cependant de réduire ce jour même la note de Aa2 à Aa3, le versement du dividende étant jugé aléatoire.

Le CAC 40 finit en baisse de - 1,84 % à 2 995,88 points alors que le Dow Jones tente de s'accrocher aux 8 000 points.

→ La décision  de la BCE passe presque au second plan avec une réduction comme anticipée de 2,5 à 2 % de son taux directeur à compter de ce jour.

L'inflation dans la zone euro est passée sous les 2 % en décembre sur un an à + 1,6 % contre + 2,1 % en novembre. Pour l'Union Européenne à 27 elle décélère de 2,8 à 2,2 le mois dernier (source : Eurostat / graphe BCE)



Aux USA, les prix à la production ont continué à baisser en décembre de - 1,09 % mais l'indice hors énergie et alimentation  progresse encore de + 0,2 % après + 0,1 %. La progression globale sur un an est désormais presque stable alors que la variation annuelle hors les prix de ces matières volatiles progresse de plus de 4 % toujours sur des plus hauts de 16 ans.

* Demain le marché prendra connaissance de l'inflation des prix à la consommation aux USA (Déc.) avec le sentiment du consommateur (Janv.) et la production industrielle (Déc.) qui porte en elle quelques espoirs d'amélioration ou de stabilisation aux vues des 2 indicateurs du jour :


L'indice d'activité manufacturière de la région de New York (Empire State) et  celui de  la région de Philadephie (Philly Fed) sont ressortis en progression par rapport à leur plus bas, sur des niveaux meilleurs qu'anticipés.

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article