Risques souverains et déficits sociaux

Publié le par Gilles Caye




Différents travaux d'études au début de la décennie ont entrepris d'auditer l'implication que le vieillissement de la population pourrait avoir en matière de finances publiques.

En 2001, l'Union Européenne évaluait ainsi les challenges en la matière sur les budgets publics (pdf 113 p), travail également réalisé au même moment par l'OCDE (PDf 57 p), 2 rapports qui ont été ensuite suivis l'année d'après par une évaluation des impacts sur la notation des Etats par  Standard & Poor's (doc. PDF. 12 p) En 2004, la même agence dressait plus précisément des perspectives de dégradations des ratings pour les pays occidentaux (PDF. 14 p) 

En 2005, , en prolongeant les budgets des années précédentes de différents pays et en prenant l'hypothèse qu'ils continueraient sur cette tendance, Standard & Poor's dressait plus largement un échéancier des dégradations potentielles dues aux coûts de financement des retraites et de sécurité sociale de différents grands pays (document accessible en cliquant sur l'illustration)



Basés sur des budgets qui datent de plusieurs années et ne tenant pas compte des adaptations et réformes qui ont été réalisées depuis, il n'est pas question de prendre ici au pied de la lettre le tableau ci-dessus mais de retenir 2 aspects :

- grosso modo on a étudié des problèmes durant une décennie susceptibles de se réaliser la décennie suivante c'est à dire dès 2011/2013 à 2020 suivant les cas, les hypothèses et les agences de notations retenus.
- d'autre part, une fois enclenchée la tendance engendre dans les comptes un alourdissement dans un 2 ème temps et une dégradation qui va en s'accélérant selon ces analyses.

En 2006, la même étude remise à jour présentait les scénarios et hypothèses pour 32 pays développés (25 membre de l'UE et de grands pays appartenant à l'OCDE) en mettant l'accent sur le fait que le temps était compté pour faire des réformes (Doc. Pdf 18 p) Voilà pour l'historique et les grandes lignes d'une problématique connue sur le fond mais dont les effets en terme de crédit le sont moins.


Voyons maintenant plus précisément la dernière mise à jour qui date de fin 2007 avec l'évolution présumée sur 35 ans de la distribution de ces 32 pays en fonction de leurs notations qui donne un panorama général comme suit :


Pour l'agence il ne s'agit en aucun cas de prévisions puisque le document - non disponible en ligne mais celui de 2006 en donne l'essentiel sur le principe malgré les évolutions- tient compte de différentes hypothèses et a pour but d'identifier les challenges à venir en la matière par le biais de simulations.

Les pays susceptibles d'être les moins touchés par le phénomène sur le long terme et même très long terme sont les pays scandinaves et baltes, le Canada, l'Australie et la Nouvelle-Zélande. Les pays de l'Est seraient plus touchés que la vieille Europe (Espagne, france, UK)

Le plus intéressant ici est de constater que dans ce scénario de base où les gouvernements ne font rien sauf assurer le paiement des engagements par des déficits du budget année après année, nous avons une inflexion des meilleures notations 'AAA' dès la première partie de la prochaine décennie et une disparition quasi complète ensuite, sous une dizaine d'années, d'une telle notation parmi les pays dits 'riches'. 
L'affaiblissement d'ensemble est patent. A titre d'exemple, la notation 'A' correspondait à celle de la Lituanie, de l'Estonie et de la Grèce en juillet 2008 selon l'agence Fitch. A pareille date 'AA' était décernée au Portugal et à la Slovénie qui vient d'entrer dans la zone Euro.


Nous nous situons donc aujourd'hui en terme de dégradation des risques souverains et de timing entre les effets de la crise financière qui se matérialisent actuellement abordés dans l'article Comprendre la Finance - Risques souverains : une vive et large dégradation et cette pression démographique lourde qui va s'alourdir avec des effets dès le moyen terme.


→ Compléments s'agissant de la note "AAA" de la  France en ce début 2009 :

     . France : le fardeau de la dette se fait de plus en plus lourd 
     . Déclaration Ministère des Finances du 4 mars 2009  (
Reuters)
     . La Vérité sur...le triple A de la France (
Challenges)
     . France : S&P's maintient la note "AAA" (
Suisseinfo)

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article