Les rachats l'emportent sur la baisse de l'immobilier US (Actualité - Bourse - Finance)

Publié le par Apprendrelabourse.org

Voici une séance très intéressante à nouveau pour le CAC 40 d'un point de vue strictement graphique qui aura visité un à un tous les supports intermédiaires et les bornes de son 'trading-range' ou 'couloir de transactions' horizontal entre 6010 et 6070 avec un plus bas 'pile' sur le support des 6010 et un plus haut un peu au-dessus des 6070. L'indice français clôture en hausse de + 0,15 % à 6057,49 points juste dans le canal haussier de court terme vu dans l'article de ce matin. Mais l'essentiel de l'information réside dans une clôture hebdomadaire au-delà de la moyenne mobile à 20 jours qui avait été cassée dès l'ouverture du jour (cf. Analyse graphique CAC 40 : Les 6000 toujours bel et bien à l'épreuve)

Après la dégringolade des prix des logements neufs en avril de - 11 % comme vu hier, les opérateurs étaient dans l'expectative concernant les chiffres de ventes du marché de l'ancien aux Etats-Unis. Le résultat des courses donne un chiffre sous la barre des 6 millions de transactions (en ryhtme annuel), au plus bas depuis 4 ans mais en baisse nettement plus limitée à - 2,6 % contre un consensus des économistes qui anticipait une stabilité.

Le prix médian des logements anciens s'érode de - 0,8 %  comparé à avril à 220 900 $. Alors que les ristournes pour le neuf avaient permis une croissance forte des ventes et donc un écoulement important des invendus en stock, ceux des habitations anciennes a fait un bond de + 10,4 % pour atteindre 4,2 millions de logements anciens actuellement sur le marché à la vente. Voilà de quoi rajouter une pression supplémentaire à la baisse pour les prix dans un futur proche en théorie.

Presque rassuré sur ces chiffres de baisse raisonnables comparés à celles d'hier, le marché a réagi favorablement mais il a en fait surtout été porté par les rachats de sociétés et les fusions acquisitions qui continuent d'animer les marchés actions.

A ce titre, il faut signaler l'emblématique offre de la bourse NASDAQ qui convoite la bourse de Stockholm (OMX Group) et a proposé à ses actionnaires une prime de 19 % par rapport au cours de clôture d'hier soir pour emporter 'le morceau'.

Un mois après l'entrée en vigueur effective entre le NYSE (bourse de New York) et Euronext (Paris, Bruxelles, Amsterdam, Lisbonne et les dérivés de Londres dit 'Liffe'), le Nasdaq qui n'a pas réussi à mettre la main sur la bourse de Londres (LSE) dont il détient 28,75 % des parts, montre sa volonté de continuer à consolider le secteur et sans doute de repartir ultérieurement à l'assaut de sa filiale. Il ne devrait pas y avoir de rebondissements pour une fois ici car l'offre est 'amicale' avec un pré-accord de la direction d'OMX et des actionnaires principaux comme la famille Wallenberg (très puissante en Suède) et de la banque Nordéa.

En France, et entre autres exemples, Carrefour aura terminé en tête du CAC 40 sur des rumeurs de montée au capital par les groupe Colony Capital et Arnault.

D'autres articles sont à suivre ce week-end pour affiner tout cela comme d'habitude.

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article