L'effet de ciseaux prix / volume sur l'immobilier US rajoute aux craintes (Actualité - Bourse - Finance)

Publié le par Apprendrelabourse.org

La séance du jour aura vu un retour important de la volatilité dans le sillage de la fin de séance de Wall Street hier en repli sous 'le coup verbal' des propos de l'ancien patron de la FEd, Alan Greenspan qui a déclaré a propos du marché boursier chinois :

"Cela est intenable. Il va y avoir à un moment donné une contraction dramatique" ajoutant lors d'une réunion à Madrid que le prix des actifs dans le monde pourraient baisser de manière général sans forcément en affecter l'économie réelle ou l'emploi (reuters)

Sur de tels propos par un financier écouté sur toute 'la planète finance' depuis 2 décennies, le Dow Jones s'est mis à plier ainsi que les bourses européennes qui ont décroché en matinée notamment à Paris ouvrant en baisse dans la zone des 6070.

Les statistiques tant attendues depuis des jours confirment les craintes du ralentissement de l'économie et de l'immobilier aux USA :

- Les commandes de biens durables ont progressé de + 0,6 % le mois dernier contre + 1 % attendu mais il convient de tenir compte de la révision à la hausse de 3,7 à + 5 % du chiffre du mois de mars. Comme pour les ventes de magasins, ce chiffre montre la décélération de ces dernières semaines avec notamment le secteur automobile qui recule de - 1,9 % après + 2,7 % en mars. Les bourses ont cependant retrouvé le chemin de la hausse considérant le chiffre des biens hors secteur de la défense et de l'aviation (très volatil suivant les commandes d'avions) en hausse de + 1,2 % contre + 4,4 % en mars, soit un niveau supérieur aux anticipations.

- le bond des ventes de logements neufs de + 16,2 % en avril, plus forte progression en 14 ans aura par contre (re)précipité les marchés actions plus loin dans le rouge en raison d'une baisse record de - 11 % du prix médian des ventes de maisons neuves :

Prix médian en mars : 257 600 $                             en Avril : 229 100 $

Vous l'aurez compris, les volumes et l'écoulement des stocks se sont réalisés au prix de rabais forts pratiquement jamais vus surtout en aussi peu de temps.

Dans ce contexte encore alourdi par des allocations chômage en hausse de + 15 000 pour la semaine finissant le 19 mai, Milan perd - 1,45 %, l'ensemble des places européennes lâchant environ - 1 % sur la journée à l'exception de l'infatiguable Francfort qui limite ses pertes à -0,50 %. Le CAC 40 cède - 1,17 % à 6048,31 revenant en plein coeur de son trading-range décrit dimanche dernier.

Demain verra la publication des chiffres des ventes dans l'ancien aux USA qui nous permettra d'approcher encore plus clairement la situation concernant le parc immobilier existant. L'observation des prix sera là aussi en ligne de mire.

Wall Street perd - 0,34 % actuellement sous 13 500 amenant l'once d'or également à perdre - 1,46 % à 653,18 $  avec 1 % perdu en quelques minutes après 17 heures, Madrid revient sous son seuil à 15 100 points.

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article