Flash CAC 40 : enfin une impulsion haussière

Publié le par Apprendrelabourse.org

Le CAC 40 opère se jour une accélération à la hausse avec un gain à la clôture de 2,04 % à 3877,07 points dans un mouvement donc assez tranché et des enseignements assez intéressants :

. via un gap haussier (zone non cotée à l'ouverture) entre 3806 et 3820 qui forme un nouveau support après les atermoiements autour de l'ancien entre 3801 et 3796

. et une accélération en séance sur 3852 points qui a rapidement mis en ligne de mire 3890 points (non atteints en séance mais approché de quelques points lors de la clôture à Wall Street à 22H00)

Les difficultés évoquées hier à propos de la détermination (aux alentours de 3845-3850 avec une marge de sécurité) du seuil de déclenchement d'achats en direction de 3890 points trouve donc une réponse plus précise en cas d'apparition d'un scénario du pire, c'est à dire dans le cas où le vote de confiance du parlement au nouveau gouvernement grec ne devait pas intervenir cette nuit contrairement au scénario joué aujourd'hui par le marché. Ainsi à la baisse, sous 3852, le support sur 3826-3828 reviendrait rapidement en ligne de mire, ce dernier ayant la faculté ensuite de précipiter le retour de l'indice sur le gap.

Les acheteurs se donnent de l'air donc mais avec des seuils de déclenchement qui remontent dans l'immédiat en cas de revers de fortune.

A titre éducatif, la séance du jour montre une nouvelle fois l'intérêt de l'analyse graphique non seulement sous l'angle de la définition de la tendance future mais aussi comme outil de décision. La détermination des seuils d'intervention et l'analyse de leur qualité sont primordiaux comme ici où le CAC 40 a flotté sous 3845-3850 durant près de 6 heures au risque de perturber les décisions et d'augmenter les erreurs sous le coup du stress en position, alors qu'une petite marge de sécurité permettait de capter le mouvement plus sereinement en passant moins de temps dans le marché.

CAC40-210611.png

Pour les positions à plus long terme, face à des opérateurs plus prompts désormais à laisser « filer les gains » sur préservation des supports du jour, la pression baissière à court terme exprimée par la moyenne mobile à 20 jours en rouge ci-dessous qui a fait plier la MM90 le mois dernier laisse entier le retournement de tendance opéré lors du croisement à la baisse de la MM20 et de la MM90 (dead cross sur 4015) d'autant que la pression baissière devient assez forte sur la tendance à long terme exprimée par la MM200.

La dead cross la plus utilisée et la plus significative, exprimée par le croisement à la baisse de la MM50 (moyen terme) et de la MM200 (long terme) reste pour l'instant du domaine de l'anticipation mais celui de la MM50 et de la MM150 (autre moyenne mobile long terme classique qui se retourne à la baisse) est déjà sur le point d'intervenir.

Dans un marché qui joue à se faire peur ou à se rassurer, l'invalidation ou la confirmation de ce signal parallèlement au comblement du gap baissier du 2 juin sur 3956 va être très important pour la suite des évènements au cours du prochain trimestre. A suivre.

dead-cross-cac-40.png

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article

Milou 22/06/2011 09:58



je viens de lire cet excellent commentaire :


http://www.lesechos.fr/opinions/points_vue/0201452744472-chine-cachez-cette-bulle-que-l-on-ne-saurait-voir-183411.php


 



Apprendrelabourse.org 22/06/2011 23:58



 


Mise à jour : attention aux 3852 points. 3853,89 points au plus bas ce jour, le support a tenu aujourd'hui mais Wall Street s'est montrée plus faible en seconde partie...



Milou 22/06/2011 09:02



bonjour Gilles,


Merci pou le lien. C'est sûr que les chinois vont nous "bouffer", nous les pays de l'OCDE. Et nous risquons d'être surpris bientôt :


"A propos du mot « restructuration » sur lequel délirent à longueur d'articles ou d'émissions les économistes et financiers en tous
genres, notre équipe souhaite apporter une précision limpide de simplicité : il est évident qu'une partie de la dette grecque
appartient à ces 15.000 milliards d'actifs-fantômes qui vont s'évaporer dans les mois à venir. Peu importe le mot utilisé,
« restructuration », « défaut », …, comme nous l'avions indiqué dans des GEAB précédents, l'Euroland organisera un processus qui
fera perdre aux moins puissants ou aux plus exposés des créanciers une partie significative de leurs engagements sur la Grèce. C'est
cela qu'on appelle une crise. Et la « raison d'Etat » fonctionne toujours de la même manière. Mais, de toute façon, d’ici là, le
problème se sera déplacé vers les Etats-Unis, le Japon, le Royaume-Uni, et plus personne ne prêtera attention au cas grec dont les
montants sont ridicules en comparaison : Grèce, 300 milliards EUR ; USA, 15.000 milliards USD."


 


extrait du GEAB N°56 15 juin 2011


 



Milou 22/06/2011 00:04



Apparemment le gouvernement Grec obtiendrait l'aval du parlement :


http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=c694d57a6948ca09ae2a95628a5beaaf


 


Bonne nuit.



Apprendrelabourse.org 22/06/2011 00:19



 


Exact. 155 sur 300.


 


Soutenir signifie acheter en chinois


http://www.tdg.ch/soutenir-signifie-acheter-chinois-2011-06-21