Les taux directeurs en ligne de mire !

Publié le par Apprendrelabourse.org

fotolia-actualit---globe-552450.jpgAprès le rebond mal assuré de Wall Street hier qui s'est mué en  chute sévère en fin de séance, l'ensemble des principales places boursières en Europe clôturent dans le rouge aujourd'hui avec le CAC 40 qui cède - 1,10 % à 5 435,42 points dans des volumes encore plus étoffés qu'hier et Francfort qui passe sous les 7800 à 7 782,71 en baisse de - 0,86 % (-> Francfort résiste tout autant qu'elle plafonne...)
Le Dow Jones est à l'équilibre en début de soirée sur les plus bas de 5 mois touchés hier (-> Dow Jones - Analyse graphique : sur les plus bas de cet été )

Les indices des valeurs moyennes, petites ou technologiques connaissent une journée de dégagements prononcés à nouveau comme signalé lundi, le CAC Small 90 dévissant de - 3,43 %, le CAC Mid 100 de - 2,78 %, le CAC IT - 2,53 %. Ces aspects ont été détaillés dans l'article d'avant-hier de Michel Delobel : Les grands indices aveuglent les marchés
  1. * Les opérateurs attendent demain :
  2.  
  3. - la décision de la BCE concernant  le maintien de ses taux à 4 % selon l'anticipation largement dominante
  4. - la décision de la BoE (Angleterre) quant au maintien également des siens à 5,50 % après la baisse de décembre de - 0,25 % mais dans une anticipation moins ferme que la précédente. 20 % à 35 % des économistes se prononcent pour une baisse dès demain mais les investisseurs aux vues des derniers chiffres peu encourageants de l'économie et du crédit n'en font qu'une demi-surprise. L'ambiance est à "si ce n'est pas demain ce sera le mois prochain..."
  5. La baisse des ventes des magasins Marks & Spencer au 3 ème trimestre et la chute du titre à Londres ce soir de - 18,72 % amènent dans tous les cas une pression supplémentaire à la veille du verdict, les probablités augmentant encore d'autant que le niveau d'inflation mesurée en novembre ressortait à + 2,1 % soit 0,1 % seulement au-delà des limites de la Banque Centrale.
  6. - La Fed US ne tiendra sa réunion que les 29 et 30 janvier mais dès demain son Président prononcera un discours très attendu, les spéculations allant ici dans tous les sens (y compris une réunion d'urgence avant celle prévue au calendrier)
  7.  
En Europe si la croissance du PIB a été révisée de + 0,7 à + 0,8 % au 3T07 la progression sur un an est confirmée à + 2,7 %, les anticipations des 3 instituts de recherche allemand (ifo), français (Insee) et italien (Isae) prévoyent un ralentissement à + 0,5 % au 4T07 et + 0,4 % pour les 2 premiers trimestres 08 en baisse de - 0,1 % par rapport aux précédentes prévisions. Pour l'inflation, après + 1,9  et + 2,9 % des deux derniers trimestres 2007 les 2 suivant sont vus à + 3 et + 2,8 %.

La production industrielle allemande a baissé de - 0,9 % en novembre mais le rythme annuel reste à + 3,5 % et les commandes enregistrées dont nous avons parlé hier sont en hausse de + 3,4 %. A retraiter donc d'autant que les grèves étaient aussi présentes...
Par ailleurs, si le Ministre des Finances allemand voit la croissance à 1,8/1,9 % sur 2008, la structure de la première économie en Europe a été réaffirmée avec sa grande force à l'exportation et un excédent commercial record depuis la réunification il y a 18 ans à 19,8 milliards € en novembre alors que la consommation, point faible, est à nouveau en berne pour le 2nd mois d'affilée avec une baisse des ventes de détail de - 1,3 % en novembre soit - 3,2 % sur un an.
En France,à l'inverse, si la consommation résiste en progression annuelle, le point noir de l'industrie exportatrice est encore plus probant avec un déficit commercial de 4,79 milliards € contre 3,62 en octobre (déficit cumulé sur les 11 premiers mois 07 reste à 33 Mds €)

Les cours des obligations de référence américaines restent à des niveaux élevés et donc à des taux très bas, de 2,70 % pour l'échéance à 2 ans et 3,80 % pour celle à 10 ans suite au mouvement de refuge et de "vol vers la qualité" qui s'est opéré hier soir et qui ne connaît pour l'heure aucun reflux. Ces taux qui nous ramènent à ceux observés mi 2005 permettent selon l'association US des banques hypothécaires d'enregistrer sur la semaine dernière des demandes d'emprûnts en hausse de + 32,2 % soutenues surtout par les demandes de refinancement.
L'once d'or extrêmement stable reste à 880 $, juste sous une résistance vue début décembre (2nd graphe) dans L'once d'or au sommet ?

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article