CAC 40 - Analyse technique :

Publié le par Gilles Caye

Après une semaine inédite, "une semaine qui a ébranlé le système jusqu'au coeur" selon le Financial Times ou "une semaine qui aura transformé le capitalisme américain" suivant le Wall Street Journal,
       
     A lire →  
La semaine qui a changé à tout jamais Wall Street  (AFP)

nous allons ensemble mettre à plat l'information que nous pouvons extraire des cours pour la suite des opérations après cette hausse de + 9,27 % jamais vue depuis 1987, date de la création du CAC 40.

Oublions les débouclages explosifs des ventes à découvert, les questions sur le plan Paulson de 700 milliards $ aussi gros que 6 mois de PIB français (peut être insuffisant d'ailleurs...) pour nous replonger et exploiter les données brutes issues des cotations.


* Rapide Debriefing des données précédentes : A 14 heures, le lundi 8 septembre 2008, paraissait Flash CAC 40 - Analyse graphique court terme pour faire le point sur une séance importante (nationalisation de Fannie Mae) dont les cours montraient un passage clé aux alentours de la SMA(20) qui était à surveiller pour espérer aller plus haut.

Etait également stipulé : "La volatilité a augmenté tout récemment après cassure d'une résistance importante et libère pour le futur un potentiel de hausse de celle-ci important. Une résistance intermédiaire existe aux alentours de 25 qui peut faire office de palier temporaire. Ensuite s'ouvriraient de nouveaux contre-pieds possibles comparables aux forts niveaux atteints lors des séances de la fin janvier 2008"

L'échec sur la SMA(20) a renvoyé les cours refermer le gap de juillet avec une volatilité qui ne nous a pas déçu, le contre-pied étant même au-delà des attentes.

cliquer pour agrandir le graphe


* Allons directement à LA question que tout le monde se pose ....est-on en présence d'un véritable retournement haussier ou n'est-ce qu'un grand feu de paille ?

- les 3 derniers chandeliers quotidiens repris dans l'encadré à gauche constitue une figure de retournement. 
- si on compresse les cours en données hebdomadaires, la séance de cette semaine ressemble à celle dans le 2nd encadré en bleu, lequel est dénommé communément 'marteau' et  constitue un élément habituellement probable de retournement haussier. La longue mèche sous le corps du chandelier montre que les acheteurs ont repris la main (pour en savoir plus->
Apprendre la bourse en temps réel : top tail et bottom tail)
- La SMA 20 a été re-franchie ainsi que la zone centrale à 4250/4300 notée depuis des semaines en arrière

Voilà un faisceau d'indicateurs concordants qui donne une probabilité assez élevée d'évolution haussière ultérieure encore soutenue de manière plus large par la MACD sous les cours qui présente une divergence haussière avec les cours (les cours ont fait un plus bas mais pas l'indicateur) Ceci est signe d'affaiblissement de la tendance baissière
(reste à cet indicateur toutefois à casser sa ligne de signal en rouge)


→ Il subsiste néanmoins un gap (ou trou de cotations entre 2 séances - en bleu) qui représente une faiblesse à conserver à l'esprit, les cours ayant tendance à revenir tôt ou tard sur ces zones surtout avec le CAC 40.

On gardera également à l'esprit que l'ensemble de la tendance de fond reste clairement baissière bien sûr , les cours évoluant sous leurs moyennes mobiles à 90 et 200 jours qui sont baissières et avec des résistances en rouge qui représentent toujours une tendance globale négative.


* Et la volatilité ?

C'est à nouveau un des éléments déterminants pour piloter ses positions dans les jours à venir puisque nous sommes arrivés comme vous pouvez le constater sous une nouvelle résistance. Ce point constituait un niveau d'accalmie en début d'année.

Pour mémoire nous revenons d'une volatilité très faible début 2007 située à 12 et qui avait bondi de 17 à 25 début 2008 pour aller se calmer sur les 29. En cas de rupture nous aurions alors une nouvelle augmentation de celle-ci ouvrant un potentiel de hausse jusqu'à 34/35. Impossible de répondre pour l'heure comme la dernière fois, début de réponse lundi ou mardi, la courbe jaune étant encore contenue sous la résistance.

Publié dans TRADER - TRADING

Commenter cet article

Bruno 21/09/2008 12:15







Bonjour,
Félicitations pour la clarté didactique de votre blog que je
suis fidèlement depuis plusieurs mois.
J'ai une question un peu hors sujet : la lisibilité de vos
graphiques est remarquable, quel logiciel utilisez-vous ?
Merci et tous mes encouragements pour la poursuite de ce
blog.
Bruno

Gilles Caye 21/09/2008 13:42


Bonjour Bruno,

Merci pour votre message et n'hésitez pas à intervenir si des points vous apparaissaient moins clairement, pour souligner des sujets insuffisamment traités ou nous en soumettre ...


Le logiciel est Active Trader. J'ai fait aussi pas mal de réglages et de recherches avec des logiciels d'image depuis le début pour arriver à présenter les choses avec un maximum de
constraste.

Il y a encore beaucoup à faire notamment via des très grands formats qui permettraient de faire de nombreux inserts comme ici en bleu sur les figures ou via des 'zooms' à l'intérieur des
séances ou sur tout élément particulier mais je ne suis pas sûr que tout le monde ait des écrans suffisamment larges pour ce faire. Je vais encore réfléchir mais je pense que je repréciserais
cette rubrique 'trading' à l'avenir en 2 niveaux peut être. La synthèse comme ici et 'le coin du passionné' pour en savoir un peu +

Bon week-end


Erminio 21/09/2008 11:02

Bonjour,En lisant les nombreux articles de presse concernant le renflouage des banques ne penser vous pas que le système est arrivé à bout de course pour les raisons suivantes:-Les contribuables ne sont pas si idiots pour comprendre qu'il n'aurront pas profité des gains des investisseurs mes de leurs pertes,et que se serra la dernière goutte qui ferra débordé le vase.-Ensuite si cette loi est votée pense vous pas que la démocratie en aura pris un sacré coup avec tout les contre coup que cela peut avoir(investisseur encore moins scrupulleux,le laissez allé généralisé,etc.....)J'espère que cette loi ne soit pas voté pour ces raisons que les investisseurs prenne leurs pertes quittes à avoir un retour négatif sur l'économie car de toute facon même si le contribuable les aides les banques soit réduiront les prêts par peur de nouvelles pertes sur investissemnt soit continuront à vendre des produits "toxiques"pour faire de plus values afin de ce différencier des autres banques qui resteront prudente.Voila mon opignion sur la situation et que les US paye une fois pour tout leur exces qui devra être fait tôt au tard.Merci de votre sentiment sur les évenement majeur que l'on est en train de vivre malheureusement.Meilleures salutations.

Gilles Caye 21/09/2008 15:23


Bonjour Erminio,

Il est clair que les choses sont arrivées à un point de  non-retour puisque l'intervention s'est imposée et au risque de ne pas le faire s'ouvrait un risque encore plus grand pour l'économie,
les contribuables et la confiance dans le monde.

C'est ce qui se passe lors de faillites, il n'y a en fait plus vraiment de débats possibles et il convient de parer au plus pressé. Panique générale, retraits des avoirs des banques, défiance
généralisée... pas sûr mais assez probable et le coût d'une telle pagaille serait très au-delà des 700 / 1 000 Mds $ qui sont évoqués aujourd'hui.

Ceci nous ramène à des choses très basiques. Démocratie ou pas, XXIème siècle ou X ème siècle avant J-C, 1 unité de monnaie due et non remboursée pose problème quels que soient les âges, les
systèmes politiques, monétaires et où que ce soit de l'Alaska à Vladivostok, en Franc suisse en couronne suédoise ou en $. ça toujours été comme cela et ce plancher des vaches est toujours le sol
sur lequel on a à reprendre appui tôt ou tard soit en 'douceur' ou en 'douleur' comme ici. Un chou est un chou.

Le subprime est l'arbre qui cache la grande forêt d'endettement important dans laquelle beaucoup de pays se sont  déjà englués dans une dégradation continuelle depuis 25 à 35 ans, au niveau
privé, au niveau des entreprises, des marchés et des états, quasiment partout à des degrés divers.

L'Etat est un agent économique comme un autre, comme les ménages et comme les entreprises. La masse des problèmes lui incombe donc maintenant, charge à lui de trouver les fonds, lesquels seront si
les choses évoluent comme cette semaine trouvés sur les marchés obligataires. Les plus grandes masses de fonds sont à la base fournis par les épargnants dans les sicav, fonds communs etc qui sont
gérés par des professionnels. L'investisseur , ce n'est pas seulement Monsieur Soros ou Warren Buffet, il y a là des fonds de retraites, de pensions, des caisses d'assurance avec des
centaines de millions de Monsieur et Madame tout le monde etc...   .Tout est lié.

Rajouter 700 MDs de dettes à un pays déja endetté à hauteur de plus de 10 000 Mds $ n'est pas si terrible que cela pour tenter de se sortir d'une très grave et sale ornière mais il y a là une
sacrée question à  la clef : est-ce que ce sera suffisant ? c'est très loin d'être sûr avec tout ce que je vois jour après jour sur mes écrans et surtout qui va assurer contre le risque
de baisse des prix immobiliers pour l'avenir ? Personne.

Si le plan passe on ne va pas envoyer  une facture de 700 Mds $ aux contribuables. C'est totalement impossible en plus il faut aller vite. C'est le marché qui va donner la
réponse, ensuite le contribuable supporte l'engagement de cette nouvelle dette avec les intérêts y afférant dans le budget public. La réponse sera donnée par le marché car pour l'heure dire que le
contribuable paye est faux puisque le déficit s'enfonce, un plan de relance a été mis en place où certains américains ont même reçu des chèques dans le cadre du plan de relance de l'économie
au printemps pour 145 Mds $. De déficit en déficit qui s'aggravent, les impôts n'ont pas augmenté à due proportion, personne ne rembourse rien ici pour l'heure, ce sont des engagements qui sont
passés de la sphère privée et la sphère publique, des masses qui se déplacent et qui sont un tel fardeau que même les plus grandes institutions ne peuvent plus les supporter. Qu'en sera-t'il des
états ? Eux aussi ont des limites.

En terme d'engagement, il est clair que c'est le contribuable (notion qui comprend les entreprises entre autres) qui en supporte le fardeau. Le contribuable sera mis à contribution lorsqu'il faudra
rembourser en réduisant les déficits et l'endettement, pour l'heure on crève les plafonds à 11 300 milliards $ (38 000 $ par citoyen US pour la dette publique issu du budget, non compté fannie mae,
freddie mac, AIG etc....)

Le problème immédiat est de trouver les fonds et à quel taux puis de savoir comment cette rivière va grossir et comment les fournisseurs de capitaux aux USA vont réagir.  Le contribuable
se paye là la possibilité de pouvoir continuer à espérer retrouver les 100 $ qu'il a mis à la banque. Sans plan, cette semaine nous aura montré que ces 100 $ avaient tendance à fondre
terriblement... quelques $ en impôts à terme en + ou voir fondre tout l'édifice et son épargne ?
 
Tout est lié malheureusement.

Bon dimanche