Matières premières : tendances long terme hors effets dollar et pétrole

Publié le par Gilles Caye


Vendredi, nous avons vu ensemble l'évolution sur 50 ans de l'indice CRB des matières premières.

        → Matières premières - Indice CRB - Analyse graphique depuis 1958

Comme vous le savez, la monnaie de cotation est bien sûr le dollar et le pétrole comme l'énergie y sont fortement pondérés.

Quelles sont les dernières évolutions si on retraite ces 2 aspects
?


• En euro tout d'abord, pour un investisseur européen, l'orientation haussière n'est plus d'actualité depuis le krach de cet automne. 



En reprenant maintenant l'indice CRB tel qu'il existait avant sa révision en 2005, c'est à dire l'indice CCI (1) qui ramène la part de l'énergie de 39 à 17 %, la tendance haussière apparaît toujours présente mais sous un angle de progression plus faible.




• Enfin, l'indice CCI des matières premières exprimé en euro permet de re-situer pleinement les choses



Le Krach n'est dès lors plus qu'un simple mouvement intermédiaire au sein d'une tendance de fond haussière toujours active.

On pourrait être tenté par souci de simplicité ou de rapidité de ne retenir que l'indice CRB, celui qui a cours actuellement, et se "méfier" de l'indice CCI. C'est en fait tout l'inverse. Vous retrouverez les grandes lignes de leurs différences dans le lien en fin d'article. Je poursuis ci-dessous pour vous donner quelques détails complémentaires et traduire en termes très simples les 2 dernières courbes :

 L'indice CRB a connu 10 révisions depuis sa création à la fin des années 50. Les 9 premières révisions comme pour tout indice portaient essentiellement sur le remplacement d'une matière première par une autre pour tenir compte de l'évolution de l'économie.  En 1973, le café a ainsi été intégré à l'indice comme le baril de brut 10 ans plus tard. Autre exemple : la pomme de terre n'est plus aussi représentative qu'autrefois par exemple de l'économie actuelle et des habitudes de consommation. Elle n'y figure donc plus.
 Mais ces 9 révisions n'ont jamais remis en cause le principe jusqu'alors présent d'une pondération équilibrée entre les diverses matières et denrées. Seule la 10 ème est venue chambouler cela. Il ne s'agit donc pas d'une nième révision mais bien d'un bouleversement. Emblématique : le baril de brut qui n'est qu'une des 4 composantes énergétiques du CRB est passé de 5,9 % du CRB à 23 % en 2005.

La 9 ème révision datant de 1995, le second graphe permet ainsi d'avoir un indice CRB parfaitement stable dans sa composition sur pratiquement les 15 dernières années.


Pour le 3ème graphe en euros, nous avons donc sur la plus grande partie de la courbe une bonne vision de la pression des prix des matières premières à la base qui se diffusent ensuite dans l'économie via les prix à la production puis à la consommation.

En retenant une valeur médiane de 1,6 en 91 et de 3,0 en 2009, cela constitue un quasi doublement soit entre 3 et 3,5 % par an sur près de 20 ans. Pour l'instant et en dépit de variations rapides et prononcées, la crise n'a strictement rien changé à cette tendance de fond.



(1) Apprendre et comprendre la bourse en temps réel : Bien suivre les matières premières (Partie 2)

Publié dans INVESTIR EN BOURSE

Commenter cet article