LA MONNAIE (PARTIE 2) : L'argent et l'or

Publié le par Gilles Caye

Dans la partie 1 concernant les systèmes monétaires, nous avions abordé les bases même de la monnaie et diverses notions liées au travers d'un diaporama réalisé par Laurent Bardy qui vous avait permis de découvrir ou redécouvrir les principes des différents systèmes monétaires, le rôle de la banque centrale dans la création de la base monétaire, de celui des banques commerciales dans la création de monnaie, du calcul de la masse monétaire en circulation et de ses différents agrégats.

Je vous indiquais également
: "Retenez que la monnaie dans sa base théorique doit être un support qui permet à la fois de maintenir la valeur et de permettre l'échange" et qu'est ce qui permet de répondre à ses 2 besoins fondamentaux et qui se sont imposés au long de 5000 ans d'histoire et peut être plus ? Réponse : l'or et l'argent, les 2 principaux métaux précieux. Pourquoi ? Parce que ces 2 métaux plus que tout autre bien sont pleinement en phase avec les caractéristiques qu'une monnaie doit avoir pour répondre aux 2 besoins ci-dessus. Voyons tout ceci dans le détail :

Echange :
- être divisible sans perdre de valeur (avec le bétail c'est impossible)
- avoir la possibilité de créer des unités standard remarquables et identiques reproduisibles en fonction des besoins (impossible avec des pierres précieuses ou des céréales)
- disposer de la même densité et du même poids quelque soit l'unité retenue.( le bois notamment ne permet pas de créer des unités de mesures comparables)
- pouvoir s'échanger facilement (problème de dimensions et de transport à remplir)

Valeur :
- doit disposer d'une valeur intrinsèque (rareté, difficulté à obtenir, improductibilité par l'homme)
- doit conserver cette valeur dans le temps et dans toute configuration de lieu ou de mélange, bref doit être imperrissable
- doit être infalsifiable et éviter les risques de contrefaçon
- doit être identifiable rapidement et faire l'unanimité sur ses qualités (il existe des milliers de variété de riz)

L'or est malléable (des feuilles d'or peuvent être réalisées par exemple), résiste à la corrosion et ne s'oxyde pas à l'air libre (les pièces faites par les étrusques conservent aujourd'hui absolument toutes leurs propriétés aurifères), il peut servir de monnaie via des pièces ou stocker de la valeur via des lingots ou des barres (12,5 kg), il est suffisamment rare et difficile à extraire pour représenter une valeur aux yeux du plus grand nombre d'autant qu'il permet avec un rapport volume / poids supérieur de 13 fois à l'eau de stocker beaucoup de valeur dans un très faible poids et volume...etc..etc...l'ensemble des propriétés l'ayant désigné par les hommes à travers les âges, les civilisations, les races, les cultures et les coutumes comme la monnaie par excellence. L'argent moins précieux permettant les usages plus courants pour ses qualités naturelles physiques répondant aux 2 besoins ci-dessous l'a accompagné durant des siècles.

Vous voyez que rien strictement rien n'est d'ordre 'financier' comme on l'entend aujourd'hui et qu'il s'agit simplement d'une mise en adéquation de métaux précieux dont les qualités intrinsèques permettent de répondre à nos besoins humains de commerce, de production, d'échange, d'épargne, de réserves. Ceci est universel, et n'est en rien anglo-saxon, russe, belge ou roumain.

D'ailleurs l'ensemble de l'histoire des monnaies se fonde sur ces métaux et même dans le système actuel qui n'est plus lié à l'or depuis 1971, toutes les banques centrales même les plus petites tout comme le Fonds Monétaire International ou la Banque Centrale Européenne disposent d'or comptabilisé dans leurs réserves (parfois en centaines ou en milliers de tonnes)

Retenez aujourd'hui l'expression "l'âge d'or", utilisée à chaque fois qu'une culture, une civilisation ou un pays était à son apogée...le plus souvent d'ailleurs pour avoir réussi à monétiser l'or et l'argent permettant de favoriser le commerce et la création de richesses en donnant une base claire et simple aux échanges qui en résultaient grâce à une garantie de valeur. Plus que la monnaie de tel ou tel roi, avec telle ou telle effigie, le véritable roi était l'or.

Aujourd'hui, la monnaie n'y fait plus référence. Mais alors à quoi fait elle référence et qu'elle sont les raisons de ce découplage et est on  véritablement en situation de non référence à l'or ? Voici ce que nous verrons dans beaucoup d'autres parties au fur et à mesure que le temps s'écoulera avec nous. Pour l'heure je vous propose de revoir les diapositives 10,11,12 des systèmes monétaires libres pour comprendre à quoi notre monnaie actuelle fait référence

Historiquement, si les systèmes de monnaie-papier liés à l'or ont existé en de nombreux endroits, un système totalement libre comme celui dans lequel nous vivons est un des premiers connus et le premier a duré aussi longtemps. Je vous rappele également que depuis 2006, il n'est plus possible de savoir combien de dollars sont créés. Nous sommes donc dans un système de monnaie papier ou digitale totalement libre dont la référence mondiale, le dollar, ne dispose plus d'instrument de mesure.

Qui est notre nouveau roi ? Réponse : Le dollar et la Banque Centrale Américaine qui l'émet dont vous avez pu encore voir cette semaine l'incidence que ses décisions ou ses communiqués peuvent avoir sur les bourses face à 20 publications de sociétés multinationales ou de statistiques majeures.
De bonnes statistiques ou de bons résultats de sociétés semblent être en fait subalternes par rapport à la décision de l'institut émetteur de maintenir les taux en l'état, c'est à dire de laisser le crédit aussi 'facile' et la création monétaire continuer, ce que les journalistes et les financiers appellent les liquidités, c'est à dire l'augmentation des dettes, le maintien d'effets de levier et tout ce qui accroît la masse d'argent en circulation.

Finalement un article au titre 'académique' et portant sur des valeurs 'désuetes', archaïques, presque barbares pour certains nous amènent à contempler au quotidien des réactions très concrètes dans la vie des investisseurs et va devoir nous inciter à rechercher dans tout cela et dans la valeur des titres financiers où est la part des profits et celle de la simple création de monnaie.

A bientôt pour la Partie 3 ICI

Publié dans APPRENDRE LA BOURSE

Commenter cet article