Comment bien décider dans des séances volatiles et chargées de rumeurs d'OPA ?

Publié le par Gilles Caye

La séance d'hier et l'article concernant la poussée de fièvre de la Société Générale sur rumeurs d'OPA avec les différents horizons de temps dans les graphes et la fiche de décision qui reprend des éléments dits fondamentaux sur la valeur (bilans, résultats, positionnement) vous montre avec un exemple en temps réel qu'il existe une multitude d'éléments pour se positionner avec des niveaux d'indicateurs plus ou moins complexes, des éléments purement graphiques ou purement financiers liés à la société ou comme il est présenté dans les fiches de décision une synthèse qui mêle l'ensemble des approches pour aboutir à une décision.

A nouveau ici vous ne lirez pas un avis - un avis de plus - et je vous invite à essayer si vous ne comprenez pas comment on peut décrocher puis s'envoler en 2 séances successives à limiter ce week-end et de façon générale la recherche sur l'avis de tel ou tel mais plutôt de vous tourner vers vous même aussi débutant que vous soyez afin de réfléchir aux horizons qui vous conviennent le mieux, aux approches, aux techniques avec lesquelles vous vous sentez à l'aise. Qu'avez vous envie de faire en bourse, quels sont les moyens que vous allez y mettre (temps, matériel, logiciels etc..) ? Toutes les réponses sont différentes et uniques pour chacun d'entre nous et surfer la rumeur en intraday ou se réveiller avec la radio qui parle de l'OPA pour une ligne dans un portefeuille depuis 2 ans repose sur la même information, la même donnée mais ne nécessite ni les mêmes techniques, ni les mêmes approches. Pourtant dans un cas comme dans l'autre, celui qui intègre parfaitement cette information dans son propre cadre personnel est celui qui se donne le maximum de chances de réussite ultérieure.

Comment pourrez vous intégrer mille informations de l'extérieur si votre base et le contenant qui le recueille sont mal façonnés. La probabilité que l'information soit mal comprise, incomplète étant déjà  le lot quotidien de la bourse, la positionner sur votre socle instable risque de vous faire basculer encore plus loin.

  • 1/ suis-je surpris du mouvement actuel ? Si oui ----> recherche d'info/formation plus que d'avis. J'ai tendance à progresser ou à compenser ?
  • 2/ je ne suis pas surpris mais je ne sais pas quoi faire ---> Vous souvenez vous de ce que cette action fait dans votre portefeuille. Si vous n'avez pas d'idée sur la façon dont elle y est entrée comment arriverez vous à la faire sortir de façon satisfaisante ? (oui certains achètent des actions sur l'eau à la naissance de leur fils pour les revendre d'ici leur majorité, la regarde une fois par an et font un arbitrage lors de grands évênements et encore / oui certains l'achètent comme sur le premier écran en bleu d'hier à 10H51 pour la revendre à 11H35 pourquoi ? Parce qu'ils ont acheté sur 'cassure de résistance' et que le cours a cassé son support tout simplement quelques instants après et que cela était le plan de trading dès le départ) Vous pouvez mêler les deux. Et vous quel est votre réceptacle, votre socle ? Etes vous en train de vous construire votre méthode ou êtes vous inlassablement attelé ailleurs ? Le 1er n'empêche pas le second mais le second vous laisse toujours au même point de dépendance et vous expose à une forme de risque non maîtrisable.
  • 3/ Quoi qu'il en soit, celui qui ne bâtit pas en permanence sa méthode, a conscience de ses objectifs, de ses seuils de sécurité aura du mal à aller chercher un avis, à l'intégrer et à en bénéficier. Je suis positif sur l'OPA "cela fait sens", les 2 managements se connaissent dit un professionnel, bien...mais s'agissait-il d'un trader qui parlait, d'un investisseur ?
  • 4/ êtes vous saturés d'avis, d'info au point de brouiller vos décisions et de mélanger vos horizons de prise de position ou d'en changer en cours de route ? Etes vous entrain d'empiler l'info sans vraiment la digérer ou bien sentez vous de mieux en mieux la valeur en l'intégrant dans votre propre cadre ?


L'autre élément important est d'avoir conscience en ces moments fréquents sur les marchés et permanent sur les valeurs prises une à une, vu le nombre des sociétés cotées que les fondamentaux de l'affaire sont un peu oubliés et que la psychologie prend une part considérable. Comme dans les fiches de décision où approche fondamentale et graphique et technique sont mélées, l'évaluation de la fourchette de prix possible de la valeur de rachat est ainsi l'élément déterminant et central à avoir en tête (par comparaison le plus souvent avec l'historique des rachats antérieurs faits dans le secteur)

Finalement Société Générale avait peu ou prou les mêmes fondamentaux en février qu'aujourd'hui mais elle valait à certains moments vendredi jusqu'à  35 % de plus que mi-mars, les objectifs à la hausse devant par endroits de plus en plus élevés.  C'est rigoureusement la même banque, seule la valorisation et l'idée que l'on s'en fait a variée.

> Fondamentaux/cours/perspectives/psychologie : là est l'articulation centrale de la bourse <

La rumeur a été démentie et le soufflet va retomber dit-on...pas sûr et d'ici lundi matin avant bourse, il reste des heures pour d'autres communiqués...à chaque instant d'ailleurs sans oublier des faillites d'institutions financières aux USA de type 'subprime' qui pourraient calmer tout ceci. Ce qui est beaucoup plus sûr par contre est que le travail sur les éléments ci-dessus vous donnera un socle de progression régulier vous permettant d'aller chercher pour votre compte les infos qui vous servent et notamment la valeur potentielle à laquelle elle pourrait 'partir' ou fusionner. Triez vous l'info ou est-ce elle qui vous étrille ? Le reste est suivi, expérience, connaissances, particularités...(A combien de fois le chiffre d'affaire d'un débit de tabac évalue-t-on le fonds de commerce ou le prix de vente ? Pour une banque sachez que si vous voyez une étude/article raisonnant sur le prix ou cours/fonds propres, cela vaut 3 études/articles sur les classiques PER, c'est en général la base du raisonnement ici, la référence historique en France maximale étant l'opération CCF/HSBC . Je ne donne pas le chiffre la période étant éloignée - avant 2000)

Demain, nous verrons la courbe d'un marché dont les fondamentaux ne sont pas franchement différents de ceux d'il y a 18 mois en arrière mais où les conditions de marché et la psychologie ont par contre très franchement changé...

Publié dans INVESTIR EN BOURSE

Commenter cet article