La courbe des taux US : le trampoline des marchés financiers

Publié le par Gilles Caye

Voici ci-dessous la variation de la courbe des taux entre le 6 juin (courbe précédente) et le 7 juin (courbe actuelle) tel que nous l'avions reprise dans un Flash spécial du 7 juin qui marquait un mouvement sur les taux très remarquable avec la 'cassure' symbolique de la barre des 5 % sur l'échéance de référence  du '10 ans' et qui avait envoyé les bourses par le fond - en cliquant sur le graphe, vous retrouverez le flash en question. Rappel des explications : ces courbes étant largement peu présentées habituellement, je vous renvois vers L'évolution de la courbe des taux US : une lecture difficile (10 juin2007) afin de ne pas réduire le sujet par simplification et afin que l'ensemble 'des pistes' et des rouages vous soient accessibles. Schématiquement se mêlent ici les anticipations d'inflation, de croissance économique, de financement extérieur (déficit) et intérieur (immobilier en autres)

Voici maintenant celle de cette fin de semaine qui marque également un mouvement brusque mais inverse. Là c'est beaucoup plus clair : les fonds quittent les actifs risqués pour ceux les plus surs, en l'occurence les obligations d'Etat américaines, les actions connaissant une correction. Les obligations servent de refuge écrasant la courbe.

Mais à nouveau comme vu dans le lien précédent, alors que nous étions passés d'une courbe 'brisée' à 'bombée' en juin, voici que nous revenons à l'ancienne configuration avec cette 'brisure' sur la partie centrale.

J'ai reporté ce tout dernier mouvement sur le graphe déjà présenté qui faisait la comparaison entre la courbe des taux du 2.12.06 et celle du 8.6.07. Cliquez sur le lien ci-dessous

> Evolution de la courbe des taux US <

On voit ainsi que la tendance précédente de la courbe est réapparue.

Pour la courbe des taux de l'euro, voici ci-dessous la dernière évolution de cette semaine des taux allemands qui font référence (Bund à 10 ans notamment) : même mouvement de hausse en juin et...même mouvement de baisse dans un flux vers la qualité ou 'Flight to quality', les investisseurs quittant les actifs les plus risqués pour les plus sûrs. idem qu'aux USA...sauf que la physionomie de la courbe reste la même. Toutes les courbes de taux ont plus ou moins varié (UK et autres) mais seule celle du dollar change de physionomie.

 

Un véritable 'trampoline' comme déjà évoqué est en fonction aux USA, grimpant sous les craintes d'inflation notamment et s'affaisant sous le poids des fonds pléthoriques notamment asiatiques (avant juin) et de l'afflux de fonds venant y trouver refuge (cette semaine).

Au moment même où le patron de la Banque centrale émettant la devise mondiale de référence ($) expose que 50 à 100 milliards de pertes sont probables dans le système financier (crédit immobilier à risque dit (subprime'), les investisseurs viennent se réfugier là, quittant les obligations les plus risquées pour les plus sûres, conjointement à celui des actions vers les obligations.

Conclusion :

  • - La Banque Centrale montre en 2 mois qu'elle a un peu 'perdu la main' sur les taux, les marchés faisant les ajustements sans elle, l'invitant à se figer dans une attitude de statu quo de ses taux directeurs depuis 1 an à 5,25 % et pouvant lui faire redouter 'une mauvaise' décision dans un sens ou un autre qui accélèrerait un mouvement incontrôlé. Le statu quo est vu pour les mois à venir, mais les marchés ??? La différence de comportement tranche...
  • - le dollar déjà fragilisé offre une rémunération moindre depuis quelques jours

Prêt pour le prochain rebond ou bien n'est-ce que le début d'un nouvel écrasement ? Nous verrons bien ...Baisse des taux n'est pas forcément synonyme de 'bonne nouvelle', c'est ici même un indicateur de craintes. A savoir et à suivre.(rappel débutants : des taux en hausse font baisser les obligations et inversement, ceci étant repris dans l'ouvrage)

Publié dans INVESTIR EN BOURSE

Commenter cet article