A la découverte de l'autre krach

Publié le par Apprendrelabourse.org

Banques, finance, actions en baisse, cela a été largement couvert ces derniers jours. Des éléments tout aussi profonds sont apparus ces 5 derniers jours que nous allons détaillés ici.

Le 7 septembre, un petit coup d'oeil sur le cuivre, baromètre de l'économie et de l'activité mondiale (cf.
Matières premières : Faiblesses du cuivre) nous avait alerté sur la cassure de la tendance haussière (en vert) que nous avions cerclé alors en 'orange'.

- 32 % en quelques semaines et - 18,59 % sur celle qui s'achève : le ralentissement de la demande et de l'activité que nous avons découvert comme étant mondial au cours de l'été via de nombreux indicateurs statistiques s'est ici pleinement exprimé. Pour le 'timing', vous remarquerez que c'est au moment même où le cuivre s'écrasait que les politiques ont commencé à reconnaître devoir réviser leurs prévisions à la baisse et s'activent en tout sens pour tenter de limiter les dégâts sur l'économie. Le graphe en l'état montre malheureusement que le mal est déjà assez profond et si vous aviez besoin d'un élément synthétique pour visualiser la rapidité de la dégradation économique en cours, le voici sous vos yeux :

 

(En cliquant sur le graphe, vous aurez accès directement au graphe LT du cuivre lors du dernier article à ce sujet mis en lien plus haut)

Nouvel élément : l'autre métal industriel important, l'aluminium (graphe 2) a connu un été meurtrier et semaine dernière un échec pour revenir dans sa zone de confort.


La déroute a été générale et non seulement financière. Impossible de poser avec de telles données le postulat d'un redressement ou même d'une quelconque résistance à la base dans l'économie. La prise en compte de la dégradation de l'économie a pesé très lourd dans la balance et son décrochage a enlevé au marché ses dernières raisons de résister.


En élargissant la chose à l'ensemble de l'indice mondial CRB des matières premières, c'est le même constat (en cliquant sur le graphe, on observe que la situation du CRB en € montre une situation encore plus endommagée)

 


En considérant maintenant ce même indice des matières premières en pondérant en son sein toutes ses composantes de manière égale, du jus d'orange au pétrole, soit le CCI, c'est idem (et en € en cliquant dessus) :

  CCI ? Kesako ? :

   →
Apprendre et comprendre la bourse en temps réel : Bien suivre les matières premières (Partie 1)
  → Apprendre et comprendre la bourse en temps réel : Bien suivre les matières premières (Partie 2)

Signe de dégradation, poids en plus sur la finance et l'économie, ces prix en baisse sont la simple variable d'ajustement d'une demande en baisse liée à la conjoncture et qui se décompose ainsi :

- demande d'investissement : les investisseurs se couvraient contre la baisse du $ en investissant dans les matières premières, l'effet joue aussi en sens inverse
- chute de la demande de métal physique : les cours rendent de moins en moins rentables les unités de production, limitent l'intérêt de lancer de nouveaux projets de mines ou d'unités de production. La régulation de l'offre / demande se fait par le prix comme toujours...
- la spéculation joue également en sens inverse dorénavant
- enfin, des besoins de prendre des bénéfices pour couvrir des pertes encaissées ailleurs entrent aussi en jeu comme l'aversion au risque actuelle qui limite les opérations d'investissement sur ces supports.

→ Il existe également des effets plus positifs :

La chute du CRB donne des marges de manoeuvre vis à vis de l'inflation pour les banques centrales pour leur politique monétaire (cf..
Comprendre la finance : politique monétaire restrictive ou accommodante ? ) ce qui a facilité la baisse de taux de cette semaine.

Enfin, bien sûr, si nous nous reportons à notre indicateur avancé (graphe ci-dessous) pour cerner la pression inflationniste qui s'exerce à la base dans  l'Euroland via les matières premières, force est de constater que les prochaines statistiques sur l'inflation devraient enregistrer une accalmie comme on l'a déjà constaté hier avec la plus forte baisse des prix à l'importation aux USA depuis 5 ans.


Et l'or dans tout cela ?

Lundi, nous avons vu que l'or en € se comportait très bien  face à l'indice des MP hors énergie en €, ce qui s'est confirmé tout au long de la semaine... jusqu'à vendredi où l'once a chuté sur les 847 $.


A la question posée fin septembre 'Vers une évolution de la place de l'or au sein des matières premières ?', la réponse est pour l'heure plutôt positive avec un grand nombre de résistances passées sur le graphe ci-dessus. L'or se détache des autres commodités mais cela reste à confirmer ces prochaines séances comme pour les obligations gouvernementales US qui se sont un peu retournées comme vu jeudi.

Publié dans INVESTIR EN BOURSE

Commenter cet article