Marchés actions : premiers dégâts

Publié le par Apprendrelabourse.org

fotolia_actualit__globe_552450-15-copie-1.jpgLe marché a été incapable aujourd'hui de se reprendre sur des informations au cas par cas plutôt favorables, au pire 'mitigées' suivant les cas, en raison d'une évolution significative du sentiment de marché.

L'amélioration de l'indice d'activité avancé du secteur industriel dans l'Euroland, selon les données provisoires de l'indice PMI manufacturier pour janvier, qui passe à 52 contre 51,8 en décembre à un plus haut de 22 mois n'a pas permis la reprise en main par les acheteurs en matinée. Concernant le secteur des services, l'activité progresse toujours mais à un moindre rythme à 52,3 contre 53,6 en décembre et à contre-courant des attentes qui se situaient en hausse à 53,9.

De même, ni les résultats de Goldman Sachs qui 'battent' le consensus largement, ni  l'indice des indicateurs avancés américains pour décembre publié à un plus haut historique de 106,4 en progression de 1,1 % sur un mois contre + 0,7% anticipé n'ont assuré un quelconque soutien.
(Quant à l'orientation du "Philly fed", l'indice d'activité industrielle de la région de Philadelphie, le repli est un peu plus fort qu'attendu à 15,7 pour ce mois de janvier contre 22,5 le mois précédent)

→ Tous les supports intraday revus hier ont volé en éclat. L'incapacité à tenir la zone du gap d'octobre 2008 (en gris) renvoie les cours sur l'objectif désigné en cas de rupture, c'est à dire le comblement du gap suivant (jaune) ce qui met par voie de conséquence en péril le trend haussier selon la configuration en place depuis les plus bas de mars 2009.


210110

*** Suivi tout au long de l'automne dernier lors de la phase de congestion pour déterminer plus précisément le sens de la sortie (via une figure en diamant), puis matérialisant un 'pic' le 11 janvier dernier (via un gap dit "d'épuisement"), l'indice VIX (indice de la 'peur') envoie à nouveau un signal plutôt singulier.

S'il est tout à fait normal dans le fonctionnement du marché de constater des phases d'anticipation (moteur même de la bourse) puis de réajustement sur les publications de nouvelles avec comme par exemple des prises de bénéfices ou des dégagements sur la constation de manque de relais supplémentaires permettant d'anticiper profits complémentaires pour l'avenir et donc plus values en conséquence sur les divers titres, cet énoncé étant pour la situation actuelle purement  subjectif, la lecture du VIX montre de manière beaucoup plus objective une situation qui commence à aller au-delà de ce simple principe récurrent "anticipation-ventes sur nouvelles". 

Voici une configuration désormais fragilisée du sentiment de marché au début même de la saison de publication des résultats trimestriels (mais aussi annuels pour la plupart des sociétés) qui accroît un peu le risque de secousses complémentaires.


sckk.png

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Milou 21/01/2010 22:55


merci pour le commentaire. Effectivement l"indice de la peur" a fait un joli bond. Le XLF a chuté de 2.85% vient s'appuyer sur MMA50. Par contre le $usd finit presque stable (+0.02%), et l'UUP 0.0%
peut être un double top ??
Je trouve bizarre également que le $CPC finisse à 0% !!
A demain.


Milou 21/01/2010 20:39


Bonsoir Gilles.
Ce qui n'a pas plu, je pense, c'est l'évocation par Obama du démantelement des plus grosses banques. Il a dit également il y a qques jours qu'il prévoyait de les taxer. Je crois qu'il pourrait
s'attirer des ennuis.


Apprendrelabourse.org 21/01/2010 21:23


Bonsoir,

L'info concernant le rétrécissement ou la limitation de la taille des grosses banques a été délivrée (et même annoncée) dans le Wall Street Journal dès hier 20 janvier, donc
largement connue avant l'ouverture à la bourse de Paris et même en Asie ...

Dès le 14 janvier, il avait annoncé vouloir taxer une cinquantaine de banques pour 'récupérer' un peu plus de 100 milliards $, sans conséquences...

L'indice des bancaires BKX fait même un top ce jour (+ 14 % depuis le 1.1.10) mais c'est vrai que les plus grosses JPM, BoA ou Goldman Sachs essuient des pertes de 4 à 5 % ce
soir car les "nouvelles règles" iraient dans le sens d'une limitation des possibilités de travailler pour compte propre avec des distinctions plus nettes entre banques de dépôts et banques
d'affaires.

Qui plus est en déclarant: « Il ne faut plus jamais que les contribuables américains soient pris en otage par une banque trop grosse pour qu’on puisse la laisser faire
faillite », il commence à écorner l'idée du "to big to fail" (trop gros pour faire faillite).

Reste à voir la réalité des prises de décision après cette annonce qui fait suite à une défaite électorale... (sans compter les difficultés d'application, car si on a logé les banques
d'affaires comme Merrill Lynch dans Bank of America le week-end de la faillite de Lehman Brothers, c'était bien pour leur assurer une assise, si on commence à enlever d'une manière ou d'une autre
cette assise...)