Les matières premières : quelles réactions face à la crise du crédit ?

Publié le par Gilles Caye

Je repousse l'article sur les banques annoncé dans un  précédent commentaire, un point sur les matières premières et leurs réactions durant cette crise  offrant  pour l'heure  une vue assez intéressante et permet de compléter  le  bilan boursier vu hier concernant le mois d'août :

  1. Pour bien comprendre ce qui suit, vous pouvez vous référer aux articles suivants
  1. . Début d'inflation par les produits de base et les matières premières ?
  2. . Apprendre et comprendre la bourse en temps réel : Bien suivre les matières premières (Partie 2)
  3. . Apprendre et comprendre la bourse en temps réel : Bien suivre les matières premières (Partie 1)
  4. . Apprendre et comprendre la bourse en temps réel : Comment suivre les matières premières ?
Voyons tout d'abord l'indice CCI (cliquer sur les graphes pour les agrandir) qui permet d'avoir un suivi homogène dans le temps, le CRB ayant connu une révision des pondérations en 2005 :

Force est de constater que les matières premières prises dans leur ensemble (allant du cuivre au jus d'orange avec des disparités certes énormes entre les différents produits à l'image du blé qui s'est envolé) ont connu ces dernières semaines non seulement une baisse (après une très belle résistance) mais aussi une sortie du biseau dont le rebond de ces 15 derniers jours n'est pour l'heure qu'un simple pull back. Le canal long terme en noir semble compromis pour l'heure.

297-copie-1.PNG
Bilan des courses en tant que premiers éléments de réponse à la question matières premières = valeurs refuges ? : il est certain que la perte par rapport à fin juin est très minime mais elles ont été sensibles au mouvement d'ensemble certains investisseurs les quittant car beaucoup de supports sont réputés comme étant 'spéculatifs' (en période d'aversion au risque, vous savez ce qu'il advient en tendance de supports considérés comme tel (à tord ou à raison) et amenant un changement dans l'évolution de long terme.
L'évolution est cependant toujours positive puisqu'un canal en vert semble pouvoir prendre le relais. Par rapport à notre questionnement d'une inflation en provenance des matières premières, il n'y a pour l'heure pas lieu de changer notre vision, la hausse se poursuivant a priori et motivant des annonces par exemple de Danone ou Michelin sur l'évolution future de celles-ci les obligeant à revoir leurs prix pour maintenir leurs marges. Le débat de ce mouvement dans l'économie reste ici de savoir, si c'est le consommateur qui va en subir les frais ou les sociétés, ce qui peut affaiblir les entreprises à faible valeur ajoutée ou n'ayant pas un pouvoir d'augmenter leur prix aussi facilement que Michelin ou Danone disposant d'un positionnement et de produits avec des qualités intrinsèques le permettant.

Pour les plus débutants comme pour ceux habitués à être rivés finalement avec le temps plus que sur quelques éléments, je vous rappelle que dans cette courbe figurent tous les produits de base nécessaires au fonctionnement de notre économie et des éléments tout à fait vitaux pour l'homme, allant bien au-delà de ce qui pourrait n'apparaître que comme une nième courbe désincarnée et très éloignée de nos préoccupations quotidiennes, intégrant le sucre, le pétrole, le gaz, la viande...

---> Bref, une part de la spéculation de ces dernières années (la plus 'chaude') est retombée en global mais pas de quoi infléchir le mouvement de fond encore.

Voyons maintenant ce fameux CRB, indice de référence très corrélé au pétrole et à l'énergie mais qui reste l'indice phare dans le viseur des opérateurs et la base d'une discussion éventuelle avec votre banquier sur le thème '
ne devrais-je pas plutôt acheter des fonds ou Sicav sur des valeurs réelles vu les circonstances actuelles ?'.. à moins que ce soit lui qui ait quelques velléités pour vous les conseiller.


297-bis-copie-1.PNG
La cassure du canal de long terme amène un mouvement correctif depuis un an dont la formation comme vu en juillet d'un mouvement potentiel de reprise a été ici annulé clairement même si un canal en vert entame pour l'heure une stabilisation de la baisse.

Pour la crise en cours, il est difficile de conclure que les matières premières ont ici joué un rôle de refuge, l'augmentation de la volatilité étant assez équivalente à celle rencontrée sur les actions. A-t-on débouclé en urgence des opérations risquées, a-t-on dû vendre pour faire face à d'autres pertes ou la crainte d'un ralentissement de l'économie  a-t-elle amené les opérateurs à se désengager du pétrole ?...ce sont autant d'éléménts qui se cumulent en fait sur les dernières semaines expliquant le mouvement.

Voici donc pour l'évolution globale sachant que rien ne remplace l'étude, vos recherches et une approche précise sur tel ou tel support (cuivre, plomb...céréales etc..) dans lesquels vous souhaiteriez investir et qui peuvent aller à l'encontre des conclusions basées sur un indice reflétant pondérations et moyennes.

Conclusion : pour autant ces 2 graphiques montrent que si la recherche de refuge ici ou la volonté de profiter d'un mouvement de hausse reste valide à certains égards, la tendance n'est pas décorrélée du mouvement actuel global (sur le court terme donc), ces supports recelant des positions spéculatives susceptibles de tomber à tout moment comme sur d'autres supports réputés plus classiques et plus courants. Sur du très long terme, nous verrons que les matières premières ont connu 2 décennies de baisse avant de se reprendre au début du siècle. Sommes nous face à une simple baisse corrective d'un mouvement de reprise haussier à très long terme ? Ce sera l'objet d'un autre article.

Sans remettre en cause la tendance de très long terme toujours haussière que valide le CCI, la grande inconnue est ici : jusqu'où la crise éventuelle pourrait faire tomber cet indice ou en d'autres termes : quelle est la part encore restante des positions purement spéculatives et liées à la bulle de crédit qui aura eu des répercussions sur un grand nombre d'actifs financiers ? Cette 'grille de lecture' est bien sûr à utiliser sur chaque type de matières premières sachant que certaines sont l'objet d'une spéculation bien supérieure à d'autres mais aussi variant suivant les moments.

Publié dans INVESTIR EN BOURSE

Commenter cet article

danyboy 03/09/2007 16:32

Si apprendre la bourse ,c'est perdre de l'argent , eh bien depuis un moment, j'apprends bien !!!Salutations et merci tout de même des infos et analyses.

Gilles Caye 03/09/2007 18:39

Le subprime, c'est un mot découvert il y a 15 jours !? ;-) Allez peut être consulter 'la bourse vue par Les Inconnus'...ça date un peu mais...